Association de Médecine Physique et de Réadaptation d'Ile de France
La lettre d'information de l'AMPR-IDF, le 18juin 2009 retrouvez toutes les newsletters
Désabonnement

Réadaptation, handicap et devoir d'ingérence organisationnelle
« Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. » Platon.


L'ajustement sauvage des dépenses de santé conduit à l'effondrement du dispositif de réadaptation en France. Les professionnels intervenant dans le champ de la réadaptation observent quotidiennement une réduction sans précédent de l'accès aux soins et de l'accompagnement pour les personnes handicapées, ou à risque de handicap.
- en soins de courte durée ou les équipes de rééducateurs, assistantes sociales, et de nombreuses professions rares non immédiatement T2A-performantes mais indispensable à la prévention du handicap sont décimées. Au delà des professionnels rares à l'hôpital, les effectifs d'aides-soignants, si indispensables au soutien et au maintien de l'autonomie se voient réduire au fil des plans successifs de retour à l'équilibre, sans qu'aucun indicateur de résultats cliniques ne vienne servir de garde-fou.
- en SSR ou les mécanismes de financement vont conduire, de l'avis des professionnels, à une baisse considérable de la qualité des soins, faute d'une organiisation territoriale gradué selon la complexité des besoins en réadaptation en congruence avec le financement des programmes de soins,
- enfin en milieu communautaire où la continuité des soins et de l'accompagnement n'a jamais été aussi difficile à coordonner face à une invraissemblable fragmentation interprofessionnelle interinstitutionnelle intersectorielle et culturelle, fortement dénoncée dans le rapport Larcher, mais que la loi Bachelot ne semble pouvoir résoudre malgré les ARS. En effet faute d'inciitatifs à la collaboration, aucun contrôle hiérarchique des "trajectoires" ne pourra remplacer la péréquation de coûts et des recettes au long d'une filière intégrée de soins et encore moins la nécessaire vision partagée des résultats cliniques sans laquelle aucun système d'orientation et d'évaluation ne peut se développer.


Le devoir d'ingérence organisationnelle des médecins, des autres professionnels de santé et des usagers, outre qu'il suppose une meilleure compréhension de l'économie de la santé, doit aussi conduire à s'approprier une critique des concepts du "new public management" qui ignore la place de la clinique comme lieu de formation, de transmission et de transformation du savoir:
Il faut donc s'approprier pour les revisiter les concepts de performance, de compétence, de qualité sans tomber niaiseux et sans oublier que seule une vision partagée des résultats en terme de santé nous mettra d'accord avec les différents acteurs de la régulation(paradoxes de la gouvernance).

Santé cherche pilote issu de "Accueil des personnes âgées à l’hôpital : Quelles urgences ?"
http://framework.agevillage.com/documents/pdfs/silverlife_accueil_pa_hopital_avril_2007.pdf
http://www.carnetsdesante.fr/Kervasdoue-Jean-de
Extraits:
Les réseaux de soins ont fait récemment l’objet d’une critique sévère de la part de l’IGAS.
Les réseaux s’efforcent de résoudre un problème classique des organisations, la coordination. Il peut se régler de trois manières, le plus souvent utilisées conjointement : par la hiérarchie (chacun fait ce qu’il doit, à sa place), par les valeurs et par un système d’information. Celui-ci devrait coûter de l’ordre de 5 à 6 % des dépenses de soins, mais, pour l’instant, personne ne veut payer un véritable service de coordination de la prise en charge des membres du réseau. Donc tout le monde bricole et les crédits ne sont pas pérennes, ce qui est contradictoire avec un objectif d’efficacité. L’administration critique ce qu’elle n’a pas voulu mettre en place, parce qu’elle a eu peur de l’ouverture politique que représentent les réseaux. Elle a tout fait pour empêcher qu’elle se produise. Il faut un dossier médical minimum pour de vrais malades dans de vrais réseaux avec, encore une fois, un double volontariat des malades et des professionnels de santé. Cela est le cas des projets de « dossiers - cancers », qui semblent avancer.

Lobbying et bon usage des concepts en réadaptation: Kervasdoué a des analyses remarquables mais il reste à remplacer personnes âgées par personne attiente de maladies et états chroniques handicapants quelque soit l'âge selon l'expression de Colvez!
Vieillissement, dépendance, handicap : du bon usage des concepts. Alain Colvez Cliquer ici

Attention pour les sites qui l'affichent, l'article de Kervasdoué du Monde n'est plus accessible qu'en payant; le voici donc librement accessible
Kervasdoué: Etrange "loi Bachelot" qui va à rebours des objectifs affichés
http://www.smpf.info/telecharge/upload/LeMonde130509.pdf

Pour comprendre les méfaits des fléchages politico-médiatiques et pourquoi certaines bonnes circulaires ne sont pas appliquables:
Politique de santé : une approche intégrant l’ensemble des problématiques Jean-Pierre Claveranne
http://www.hcsp.fr/hcspi/docspdf/adsp/adsp-50/ad500101.pdf

La performance comme dispositif de gestion ou la construction sociale de l’insignifiance Par Jean-Luc METZGER
en pdf: http://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RES_134_0263
http://www.cairn.info/revue-reseaux-2005-6-page-263.htm

Les paradoxes de la notion de compétence en gestion des ressources humaines. Anne Dietrich
http://www.univ-lille1.fr/bustl-grisemine/pdf/rapports/G2000-172.pdf

L'effondrement tranquille de la gestion de la qualité: résultats d'une étude réalisée dans douze hôpitaux publics au Québec", Ruptures Lozeau, D. (1996),
http://pagesperso-orange.fr/ampr-idf/documents/qualite/effondrement%20tranquillegestionqualite.pdf

Une clé possible de ce qui se passe actuellement expliquant en particulier l'effondrement tranquille des soins de support et du dispositif d'accès aux soins et d'accompagnement du handicap en soins aigu, en SSR et en mileu communautaire.
La Faisabilité politique de l’ajustement (No. 13) par Christian Morrisson (octobre 1996), 43 p.
OCDE - CAHIERS DE POLITIQUE ÉCONOMIQUE

http://www.oecd.org/dataoecd/24/23/1919068.pdf

Extraits:

«Pour réduire le déficit budgétaire, une réduction très importante des investissements publics ou une diminution des dépenses de fonctionnement ne comportent pas de risque politique. Si l'on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles ou aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d'élèves ou d'étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d'inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l'enseignement et l'école peut progressivement et ponctuellement obtenir une contribution des familles, ou supprimer telle activité. Cela se fait au coup par coup, dans une école mais non dans l'établissement voisin, de telle sorte que l'on évite un mécontentement général de la population.»


"L'ajustement ne se contente pas d'ajouter des mesures de relance ou de compensation économique donnant un volet positif à une politique brutale de réduction des coûts; il peut présenter, habilement manié, deux vertus politiques importantes : être indolore et permettre de diviser ses victimes en les touchant inégalement. Tout l'art est de savoir s'en servir."

"On peut supprimer des primes dans certaines administrations en suivant une politique discriminatoire pour éviter un front commun de tous les fonctionnaires. Évidemment, il est déconseillé de supprimer les primes versées aux forces de l’ordre dans une conjoncture difficile où l’on peut en avoir besoin. "Page 30.
"Rien n’est plus dangereux politiquement que de prendre des mesures globales pour résoudre un problème macro-économique. Par exemple, si l’on réduit les salaires des fonctionnaires, il faut les baisser dans tel secteur, les bloquer en valeur nominale dans un autre et même les augmenter dans un secteur clé politiquement". Page 31

Et toujours:

 


Paradoxes de la gouvernance clinique
Gouvernance clinique et organisation des processus de soins : un chaînon manquant ?
Cliquer ici Auteur : Moisdon JC Pratiques et Organisation des Soins 2008 n°3

Réconcilier standardisation et singularité: les enjeux de la prise en charge des malades. Etienne Minvielle Cliquer ici

Intégration des soins concepts et mise en oeuvre: André Pierre Contandriopoulos, Jean-Louis denis, Nassera Touati, Rosario Rodriguez, +++++ Université de Montréal
Cliquer ici


Des définitions et points de vue rarement utilisés en France Diaporama des schémas
Cliquer ici
; lien externe


Récréation musicale (mettre le son..)

Humour: dear new MBA

Site de l'association: http://perso.orange.fr/ampr-idf/

Secrétariat de l'AMPR-IDF
jpdevailly@noos.fr

 

Sortie d’Hôpital, reprise du cours de la vie :
Guide réalisé sous la direction de la SOFMER
Télécharger le guide de l'hôpital au format .pdf

Quelques livres

Plus de liens..

Accréditation et qualité en MPR

DISPOSITIF DE COORDINATION RÉGIONALE EN SSR

Québec: Développement des communautés, santé publique et CLSC